Incendie d’OVH : Quel risque avec ShippingBo ?

Dans la nuit du 9 mars 2021, le datacenter d’OVH à Strasbourg a été ravagé par un incendie. Sur les 4 secteurs, 2 ont été épargnés, 1 a été partiellement détruit, tandis que le dernier a été entièrement détruit. 

Quel impact pour les sites hébergés ?

Une vraie tragédie pour le web français avec près de ⅔ des sites hébergés par OVH. Si l’ensemble de l’hexagone n’a pas été touché, c’est tout de même 3,6 millions de sites qui ont été paralysés pour une durée variable allant jusqu’à une journée complète. Outre cette fermeture forcée, OVH a annoncé qu’une partie des données stockées n’était pas récupérable et serait définitivement perdue.
Un événement particulièrement pénalisant pour les sites de vente en ligne qui, en plus d’avoir été contraints de stopper momentanément leur activité, ont perdu les données de leurs clients. Cela vaut aussi pour les commandes passées mais pas encore préparées, leur statut ayant disparu, impossible de les expédier à l’acheteur ; un vrai cauchemar de gestion SAV et satisfaction client.
Pour un e-commerçant, ce genre d’incident ne touche donc pas que sa capacité de vente, sa boutique, c’est même toute son activité qui s’arrête, y compris la partie logistique en entrepôt.
Même une fois le site redémarré, le vendeur reste impacté par la baisse de la satisfaction client et c’est pourquoi il est primordial de se prémunir contre ce genre d’incidents afin d’endiguer les problèmes en amont.

Nous avons interrogé Guillaume LESEUR, CTO de ShippingBo, pour mieux comprendre comment garantir le bon fonctionnement de son site, même en cas d’incident avec son hébergeur.

Pour un utilisateur ShippingBo, dans le cas où un incident de ce type se produit avec son hébergeur, peut-il continuer à utiliser son site e-commerce ?

Il y a toujours la perte provisoire du canal de vente, c’est-à-dire que son site est down, mais il ne perd aucune donnée et peut continuer à préparer ses commandes car elles sont remontées en temps réel dans ShippingBo, avant le crash. Par ailleurs, les commandes de ses autres sources de vente encore fonctionnelles, comme les marketplaces (Amazon, Rakuten, Cdiscount…), continuent d’arriver dans l’interface de préparation de commande même avec le site en arrêt ; l’activité tourne donc à 100% à l’exception de la boutique en ligne qui n’amène pas de nouvelles commandes.
Quand le site est rétabli, les ventes reprennent naturellement et il n’y a eu aucune interruption d’activité ou de perte de commandes, ce qui limite grandement l’aspect néfaste de la panne sur le e-commerçant.

En effet cela semble atténuer l’ampleur des dégâts mais c’est à condition que les serveurs de ShippingBo soient fiables. Que se passerait-il si l’hébergeur principal de ShippingBo tombait en panne ? Un autre prendrait le relai ?

Oui tout à fait, les données sont stockées dans 2 datacenters différents localisés à Francfort mais reliés et si l’un est en panne, l’autre prend le relais immédiatement et le changement est invisible pour l’utilisateur.

Comment la data de ShippingBo est-elle stockée ? En cas de panne du serveur, les données peuvent-elles être restaurées ?

Dans les cas où les deux serveurs de Francfort tombent en panne simultanément, il reste possible de récupérer les données car elles sont sauvegardées dans une base en Irlande et peuvent être rétablies par une procédure de notre équipe technique.

Conclusion

Malgré tout, cet événement aura permis à beaucoup de réaliser l’importance de prévoir un bon plan de reprise d’activité avant de s’engager à fond dans le commerce électronique ou une autre activité numérique.

Centraliser ses commandes avec ShippingBo, c’est limiter ces risques, en plus de profiter des nombreuses fonctionnalités de la solution qui permettent d’optimiser la logistique e-commerce.

Découvrez-en plus sur la solution ici.