Guillaume, peux-tu présenter ton parcours jusqu’à ton arrivée chez Shippingbo 

 

Côté académique, j’ai fait l’École Polytechnique puis Stanford, principalement orienté maths appliquées et en particulier le traitement d’image. Dans ce domaine j’ai fait un stage chez Let It Wave à l’époque où ça a été racheté par Zoran et j’ai été « Research Assistant » à Stanford où je travaillais essentiellement sur des systèmes de détection d’erreurs d’impression.
Je suis arrivé dans le code un peu sur le tard. Principalement car les maths app sont un domaine où l’on fait beaucoup de développement par nécessité (simulations, algos …) et au final je me suis dit que le développement était la partie qui m’intéressait le plus quand j’ai commencé à travailler.
Du coup j’ai vécu à peu près 1 an et demi aux US. Par ailleurs, je faisais du russe quand j’étais à l’école et j’ai fait mon stage ouvrier en Russie, à Irkoutsk plus précisément, dans une usine de fenêtres.
Ensuite je suis passé par différentes start-up toujours dans la partie « dev »: Nimble Apps tout d’abord puis Work4 et enfin Facilecomm depuis environ 3 ans et demi.

Pourquoi as-tu décidé de rejoindre l’équipe ShippingBo ?

 

A l’époque ShippingBo n’existait pas, c’était le projet Facilecomm. J’ai trouvé qu’il y avait une très bonne correspondance entre ce que je pouvais apporter et les points forts de la boîte. Des associés qui sont des entrepreneurs avec une vraie volonté de construire un business et de faire des choses nouvelles, une grosse expérience de l’e-commerce et des e-commerçants, et un pool de clients existant. En revanche, une solution avec de nombreux défauts techniques qui pénalisaient la solution existante. Sachant que la partie technique était justement mon point fort, on avait toutes les clefs pour réussir.

Quelle est la fonctionnalité que tu as développé sur ShippingBo qui a été un vrai challenge à tes yeux ?

 

C’est certainement ShippingBo en lui même, par 2 aspects:
1) Quand on démarré on avait toujours le produit Facilecomm qui tournait, ce qui voulait dire arriver à dégager suffisamment de temps sur la maintenance de cette solution pour pouvoir avancer sur ShippingBo
2) Quand on a démarré ShippingBo, on ne savait pas vraiment ce qu’on allait faire avec, on avait uniquement quelques grands principes:
– L’interconnectabilité avec les systèmes existants pour pouvoir s’intégrer dans le process du client sans induire une bascule IT trop complexe
– Se concentrer sur la partie logistique qui était le point fort de la V1
Mais ça s’arrêtait là. Donc pendant longtemps ça a voulu dire prendre en compte les retours particuliers des utilisateurs pour arriver à construire petit à petit une application complète et générique – ça reste globalement vrai, sauf que maintenant on connait notre périmètre.

Quelle est la valeur principale que tu associes à Facilecomm ?

 

L’ADN de ShippingBo, c’est la volonté de mettre à disposition des e-commerçants de toute taille un système logistique semi-industriel pour leur permettre de rester efficaces et compétitifs. On retrouve cette idée derrière toutes les fonctionnalités que l’on a pu faire.

As-tu un message à passer aux e-commerçants ?

 

Qu’ils n’hésitent pas à faire des retours et des suggestions. On ne peut pas promettre qu’on fera tout – loin de là même. Mais on les prend certainement en compte, et comme indiqué plus haut, on a avant tout construit ShippingBo via les retours des clients; et ça continuera à être ainsi.